Ces expériences insolites à vivre au Japon

takayama blog voyage japon

Lors de mon séjour au Japon, je souhaitais profiter de mes deux semaines de vadrouille pour découvrir les plus beaux sites culturels du pays mais aussi vivre des expériences insolites. Comme dirait Celia, j’avais envie de me la jouer « Yes Girl » et d’essayer tout un tas d’activités sans me poser de questions. Quand je pense au Japon, je pense aux mangas, aux kimonos, aux cafés à thème, aux salles de jeux vidéos, à la culture Kawaï, aux samuraïs ou encore aux onsen. Je voulais me prélasser dans des sources d’eau chaude à Takayama, assister à un concert d’Idoles à Tokyo, dévaliser un konbini à Nikko ou encore dormir sur un futon Kyoto. Aujourd’hui, je partage avec vous quelques expériences insolites à vivre au Japon !

Kyoto blog voyage japon

Se balader en kimono dans les rues de Tokyo

Et même dans les rues de Tokyo ! Pour 3000 ou 4000 yens, il est possible de louer un somptueux kimonos et de se rendre dans les temples ainsi vêtus. Les japonaises procèdent beaucoup de cette manière car l’achat d’un kimono est un vrai investissement. Dans les rues de Kyoto, les touristes peuvent aussi louer des costumes de Geisha. Ne vous laissez pas prendre au piège : les vraies de vraies sublimes et mystérieuses geishas ne traînent pas lorsqu’elles s’aventurent dans les rues de Gion. Elles sont plus rapides que l’éclair afin d’éviter la foule de touristes. Il faut un oeil affuté pour les apercevoir.

10 expériences insolites à vivre au Japon

Quand on est pudique, se baigner nue dans un onsen est une véritable épreuve. Les onsen sont des sources d’eaux chaudes avoisinant les 40°c – 43°c à Hakone pour le plus chaud. Ces sources prodiguent un bien-être total. Je m’y suis prélassée de longues minutes d’affilées (passion eau bouillante). Pour les japonais, c’est un véritable rituel ! Tout d’abord, la femme japonaise s’installe sur un petit tabouret en bois et savonne l’intégralité de son corps pendant au moins 20 minutes. Pieds, tête, dos, jambes, fesses… Toutes les parties de son corps sont soigneusement astiquées. Une fois ce travail minutieusement accompli, la japonaise entre enfin dans l’eau bouillante… Pour en ressortir 3 minutes plus tard ! En voyant ça, Celia et moi avons échangé un regard : « what ?! Tout ce temps passé à se savonner pour ça ?! » C’est drôle car en France, on se lave rapidement avant d’entrer dans un bain puis on se rince et on se savonne une fois le bain terminé. Cette différence culturelle m’a beaucoup amusé !

tokyo blog voyage japon

blog voyage japon tokyo

Dans mon Lonely Planet, j’ai déniché l’adresse de plusieurs Izakaya, des bistrots où les japonais se pressent à la sortie du travail, situés sous une voie de chemin de fer dans le quartier de Ginza. L’ambiance est très particulière. Une épaisse fumée émanant des brochettes yakitori en train de cuire flotte dans l’air accompagnée d’une forte odeur de grillade. L’ambiance est conviviale. Hommes d’affaires venus trinquer autour d’un godet de saké, étudiants riant et dévorant des edamame, jeunes femmes tokyoïtes se racontant les derniers potins, la foule qui s’agglutine autour des comptoirs est aussi diverse que variée. C’est là qu’un jeune japonais m’a abordé dans un très bon français. Dans quelques mois, il sera à Paris pour étudier la musique. Je suis tombée sous le charme (je parle de l’izakaya, pas du jeune homme, hein !).

Shibuya blog voyage japon

blog voyage japon tokyo

J’ai accompagné Elodie assister au concert d’un groupe d’Idoles à Shibuya. Les Idoles sont de jeunes artistes au physique plutôt avantageux recrutés à l’adolescence par des maisons de disques. Ils ont de multiples casquettes : ils chantent, dansent, animent ou ont décroché des contrats de modèles. Lors de cette soirée, plusieurs groupes se sont succédés sur scène. J’ai vu passer un groupe de cinq Gothic Lolita, trois écolières jouant la carte du Kawaii et trois nanas dont le thème du groupe est celui des pizzas. Imaginez un peu, l’une d’elle porte comme sobriquet : Pepperoni ! Sur la piste, les hommes et garçons se déchaînaient avec plus ou moins de conviction selon le groupe : des otakus. Le groupe favori d’Elodie s’appelle Chubbiness. Sur scène, elles sont dix de toutes tailles et morphologies. Chubbiness revendique le droit pour les jeunes de se sentir bien dans son corps et de trouver un équilibre entre vie saine et excès. Chaque membre du groupe est identifié par une couleur distincte et chacune semble avoir un rôle bien défini : le chant, la danse ou encore l’animation du public entre deux morceaux. A la fin de leur concert, nous avons regagné le bar où une file attendait devant le stand des Chubbiness pour acheter câlins, photos et moments de discussion privilégiés avec les groupe. Elodie m’a jeté un regard contrit avant de me dire : « bon allez, je vais faire ma groupie ! ». Je l’ai regardé s’éloigner dans la foule et aborder la Chubbiness verte.

 J'ai accompagné Elodie assister au concert d’un groupe d'Idoles à Shibuya. Les Idoles sont de jeunes artistes au physique plutôt avantageux recrutés à l'adolescence par des maisons de disques. Ils ont de multiples casquettes : ils chantent, dansent, animent ou ont décroché des contrats de modèles. Lors de cette soirée, plusieurs groupes se sont succédés sur scène. J'ai vu passer un groupe de cinq Gothic Lolita, trois écolières jouant la carte du Kawaii et trois nanas dont le thème du groupe est celui des pizzas. Imaginez un peu, l’une d’elle porte comme sobriquet : Pepperoni ! Sur la piste, les hommes et garçons se déchaînaient avec plus ou moins de conviction selon le groupe : des otakus. Le groupe favori d'Elodie s'appelle Chubbiness. Sur scène, elles sont dix de toutes tailles et morphologies. Chubbiness revendique le droit pour les jeunes de se sentir bien dans son corps et de trouver un équilibre entre vie saine et excès. Chaque membre du groupe est identifié par une couleur distincte et chacune semble avoir un rôle bien défini : le chant, la danse ou encore l’animation du public entre deux morceaux. A la fin de leur concert, nous avons regagné le bar où une file attendait devant le stand des Chubbiness pour acheter câlins, photos et moments de discussion privilégiés avec les groupe. Elodie m'a jeté un regard contrit avant de me dire : « bon allez, je vais faire ma groupie ! ». Je l'ai regardé s’éloigner dans la foule et aborder la Chubbiness verte.

blog voyage japon tokyo

En sortant de la station de métro d’Akihabara, je me suis retrouvée plongée dans une ambiance similaire à Shibuya : de hauts buildings, des écrans publicitaires clinquants, des taxis jaunes passant à toute vitesse. Seules exceptions, les malls dédiés à la mode kawaii ont été remplacés par des centres commerciaux dédiés aux mangas et anime. Des modèles réduits de Dragon Ball Z ou One Piece sont exposés en vitrine de magasin. Akihabara est réputé pour être le quartier des geeks et des otakus. Dans la rue, j’ai croisé plusieurs jeunes femmes habillées en soubrette. Elles font la publicité du @home café. Le concept ? Le client est roi. Vous êtes accueillis par de jeunes maids, tout sourire, vous donnant du « maître » par-ci et du « maîtresse » par-là. Les plats et l’ambiance sont ultra-kawaï mais les prix sont élevés. Vous payez un prix d’entrée, vous sélectionnez votre forfait boisson ou nourriture et vous profitez du café en étant servi par de jeunes idoles en costume de soubrette. Une photo polaroïd est offerte selon le forfait commandé. Je suis très mitigée face à ce concept. D’un côté je le trouve drôle mais d’un autre, ça me met assez mal à l’aise !

blog voyage japon tokyo

Lors de notre dernière nuit sur Tokyo, Celia et moi avons décidé de tenter la folle aventure d’une nuit en capsule. Chacune la sienne – ça, c’est ton espace, ça, c’est mon espace #DirtyDancing. Je me retrouve à l’intérieur de l’une des capsules du Ginza Bay Hotel et c’est loin d’être oppressant ! Les capsules sont spacieuses, fermées par un fin rideau de bambou. Par chance aucune de mes voisines de capsule ne ronfle ! Un panneau de contrôle doté d’une multitude de boutons me permet de sélectionner l’intensité de la lumière, de paramétrer un réveil et ainsi de suite. Comme dans les toilettes qui chauffent le popotin, j’ai envie d’appuyer sur tous les boutons. Juste pour voir… La couette, épaisse et moelleuse, me promet une nuit de rêve. A notre arrivée, on nous a remis un pyjama-kimono, des pantoufles, une serviette ainsi qu’un sac contenant savon, shampoing et brosse à dent jetable. Le pyjama-kimono est trois fois grand mais il me tient chaud. Dormir dans une capsule ? Une expérience approuvée et recommandée !

10 expériences insolites à vivre au Japon

L’une des choses que je préfère en voyage ? Dévaliser des supermarchés locaux ! Au Japon, les konbinis n’ont pas fait exception à la règle. Il s’agit d’épiceries de quartier ouvertes 24h/24 et 7j/7 – même pendant la Golden Week, la semaine en vacances des japonais. Au rayon alimentaire, les konbinis proposent une panoplie impressionnante de bento, des plateaux repas à base de riz, de sushis ou de viande prêts à déguster. J’adore les supérettes car elles permettent de goûte à tout un tas de produits. J’ai dévalisé le rayon sucré et englouti mon poids en dorayaki – pancakes fourrés d’une pâte aux haricots rouges sucrée – et en dango – boules à base de farine de riz gluantes aromatisées au thé vert matcha ou aux fleurs de sakura.

blog voyage japon tokyo

blog voyage Japon

Dès le petit matin, les tokyoïtes se pressent pour manger les sushis cuisinés dans le marché aux poissons de Tsukiji. Pour déjeuner dans l’une de ces échoppes, il faut se lever tôt. Pour visiter le marché aux poissons, je vous conseille de vous y rendre entre 9h30 et 11h dernier délai. Après ça, les marchands remballent leurs marchandises. Chaque jour, deux mille tonnes de poissons sont brassées en ce lieu. On y trouve des enchères au thon, un marché couvert et un espace extérieur où l’on vend des condiments, des accessoires et où se situent les restaurants.

10 expériences insolites à vivre au Japon

A Tokyo, j’ai séjourné dans une Share Residence. En pénétrant en ce lieu, la première que je vois, c’est une dizaine de paires de pantoufles alignées sur le sol. Certaines sont colorées, d’autres usées jusqu’à la moelle, certaines sont très petites et d’autres semblent immenses. je retire nos baskets et nous les déposons dans une boîte à chaussures. Ma Guest Room se trouve à côté de l’entrée. Il s’agit d’une chambre japonaise traditionnelle : le sol est recouvert de tatamis, deux futons sont repliés dans un coin, une table basse en bois massif trône au milieu de la pièce. Une faible lumière filtre dans la pièce par des panneaux japonais occultant fermés. Après trois nuits passées sur ces futons… Les comptes donnent : Laurélen 0 – Futon 1.

Je viens de faire le tour des activités insolites que j’ai eu l’occasion de tester au Japon, en espérant vous inspirant pour un éventuel prochain séjour. Mais il ne s’agit-là que d’un aperçu de la culture japonaise. J’aurais voulu dormir dans un temple dans la montagne, prendre le temps de faire un karaoké, d’entrer dans une salle de jeu ou de prendre un cours de cuisine japonaise. Et vous, quelles expériences insolites souhaiteriez-vous vivre au Japon ?

Tags from the story
, ,

17 Comments

    • J’adore ton blog Béné ! Merci pour ton commentaire. Le kimono est très poétique. Il confère aux rues de Kyoto et de Tokyo une atmosphère très particulière.

    • Merci Mandy ! C’est un très joli pays et en effet, la gastronomie est à tomber ! En plus, comme en France, chaque région possède ses spécialités culinaires. Bref, il faut prévoir le pantalon extra-large pour les vacances ^^

  • Coucou! Ah, c’est un vrai résumé des choses à faire pour se mettre dans la peau d’un local! Mis à part traîner dans un Izakaya et baigner nue dans un Onsen, je n’ai vraiment rien fait de ouf! Mais par contre, assister à un Oktoberfest à Osaka malgré moi (en plein mois de mai), ça, c’est fait 😀 – La chose la plus incroyable que j’aurais trop voulu faire, c’est assister à un combat de sumo!

    • Hello ! Je m’étais renseignée pour les combats de suros car c’était aussi dans ma to-do malheureusement mon voyage tombait à la mauvaise période. J’avais aussi envie d’assister à une représentation de Geishas mais en jetant un oeil sur TripAdvisor, les avis me semblaient trop mitigés donc j’ai laissé tomber ! Mais ce séjour m’a donné envie de retourner au Japon, de découvrir les îles du sud où Hokkaido au nord, réputé pour ses stations de ski !

  • Alors dormir sur le futon :fait, dévaliser le kombini : fait, dormir dans hotel capsule : fait ( et à ma surprise cetait hyper cocoon !) et le onsen fait aussi mais cetait un onsen privé alors cest de la triche

    • Salut Lucile ! J’avais très peur de me sentir mal à l’aise dans une capsule mais c’était une idée reçue. C’est bien plus confortable que dans le 5ème élément ^^

    • Merci beaucoup ! C’est un pays très fort en contrastes, résolument moderne mais aussi très attaché à ces traditions. Il suffit d’observer les gens dans les temples. On y croise ces jeunes japonaises en kimono enchaînant les selfies mais aussi des gens venus attirer l’attention des dieux et tenter leur bonne chance à la loterie.

  • De très belles photos ! Il me manque la ballade en kimono et le capsule hôtel,( mais je savais pas trop si c’était que pour homme ou quoi… je n’ai pas osé m’y aventurer ^^)

    • Bonjour Aurore ! En fait, les capsules ne sont pas mixtes. Là, où j’ai séjourné, un étage était réservé aux femmes et un autre aux hommes. Mais c’était une expérience très sympa !

    • Merci 🙂 Je pense que tu vivras bien plus d’aventures fascinantes ! Chaque voyage est différent, on le dessine et on l’agrémente en fonction de nos goûts. Ton séjour au Japon sera unique !

  • Eh bien, c’est une jolie liste de ce qu’on peut faire au Japon ! Je ne savais pas qu’on ne restait que 3 minutes dans un onsen, lol. Je croyais qu’on y restait autant de temps qu’on le souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.