Trek entre Salta et Jujuy : randonnée méconnue de Tilcara à San Francisco

Trek Tilcara San Francisco Argentine

Le trek de Tilcara à San Francisco est certainement l’un des treks les plus méconnus d’Argentine mais sans aucun doute le plus authentique ! En tous cas, il s’agit du trek que j’ai préféré pendant mes cinq mois de voyage en Amérique du Sud. Cet itinéraire de 90 kilomètres permet de relier en quatre jours la ville de Tilcara, située à proximité de la Quebrada de Humahuaca, au village de San Francisco dans le Nord-Ouest de l’Argentine. Retour sur un trek riche en émotions…

RECHERCHE TOMMY DESESPEREMMENT…

Ce trek a très mal commencé. Depuis quelques jours, nous séjournons dans le village de Tilcara situé à une bonne centaine de kilomètres de Salta et de Jujuy, les deux principales villes de la région. Le nord-ouest est l’une des régions les plus populaires d’Argentine. On y trouve des paysages désertiques, des reliefs aux multiples couleurs, des salines, des déserts de sel et des vignobles. Les voyageurs ont généralement l’habitude de louer une voiture et de réaliser une boucle à travers la région en passant par Pumamarca et Humahuaca à proximité de la frontière bolivienne avant de rejoindre Cachi ou Cafayate au sud de Salta.

Nous avons planté notre tente dans un camping à deux pas du centre-ville. Les températures frôlent les 34°c. On se désaltère en buvant la bière locale « La Saltana » et on se nourrit d’empanadas garnies de jambon et de fromage achetées sur le bord de la route pour trois francs six sous #payetonexpressionoldschool. Entre la visite des principales zones touristiques du Nord-Ouest, à savoir Las Salinas Grandes et la Quebrada de Humahuaca, on tente tant bien que mal de récolter quelques informations sur le trek qui permet de relier Tilcara au village de San Francisco en traversant les Yungas. Un vieil article de blog datant de 2011 nous a permis de dénicher ce trek de quatre jours. Mais l’article est loin d’être complet et ce trek présente quelques difficultés. Il faut contracter un accord avec un taxi local et dénicher la clé qui nous permettra d’ouvrir la barrière de la « Casa Colorada », un domaine privé dans la montagne où débute le trek. Et nous ne savons pas s’il nous sera possible de trouver de l’eau pour nous ravitailler tout au long de cet itinéraire.

Pour l’instant, c’est la question de l’eau qui nous préoccupe le plus. Avec nos 1m50 les bras levés, il nous est inenvisageable de porter 10 Litres d’eau chacune… On pensait – naïvement – que l’Office de tourisme de Tilcara ou les agences de voyage de la région pourraient nous apporter les renseignements complémentaires. Mais il n’en est rien. Ce trek est tellement méconnu qu’il semble ne pas exister… Après trois jours de recherche infructueuse, nous nous apprêtons à quitter Tilcara afin de rejoindre Salta et de poursuivre notre périple en direction de Mendoza. J’ai le moral dans les chaussettes et griffonne mes états d’âme à la lueur de la frontale sur le petit carnet à la couverture brune qui nous sert de journal de bord. Soudain, Célia, survoltée, se glisse à l’intérieur de la tente :

« Rhabille-toi ! On doit trouver Tommy ! »

J’enfile mon short en jean et mes Vans. En quelques mots, Célia m’explique qu’elle a parlé du trek au gardien de nuit du camping qui lui a conseillé d’aller chercher le fameux « Tommy ». Si quelqu’un peut nous renseigner, à priori, c’est lui ! Ce soir, il se trouve dans un pub « El Fondito » situé dans l’arrière-cour d’un glacier. La situation est rocambolesque mais on quitte le camping sans se poser de question, trop obnubilées par notre trek. On déniche très vite le glacier puis « El Fondito ». Le bar ne compte que trois personnes : le barman et deux trentenaires attablés autour d’une bière les yeux rivés sur un match de je-ne-sais-plus-trop-quel-sport. L’un d’eux porte une casquette verte à l’effigie de Super Mario. On échange un regard perplexe avant de se diriger vers le barman. Nonchalamment, il essuie quelques verres. Ses longues dreadlocks balaient son dos. Il est immensément grand et imposant.

« Ola, puedes ayudarnos, buscamos Tommy. »

D’un signe de tête, il nous désigne le mec à la casquette Super Mario. Je me sens envahie par le soulagement : nous avons trouvé Tommy ! Tandis qu’on lui expose notre situation, le fameux Tommy ne nous décoche pas un seul regard. Ses yeux sont littéralement scotchés à l’écran, cependant il daigne répondre à nos questions par monosyllabes. Nous quittons le bar, euphoriques ! On en viendrait presque à scander dans la rue « On a trouvé l’eau ! On a trouvé l’eau ». Un peu comme dans Koh Lanta… Ce bref échange nous a totalement reboosté. On décide de rester une journée de plus dans Tilcara le temps de refaire nos réserves de nourriture, déjà bien entamées, et de trouver un taxi ainsi que la fameuse clé pour pénétrer dans la « Casa Colorada ». Mais ça, c’est la partie “facile” du trek !

Trek Tilcara San Francisco Argentine

Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco ArgentineLES HOMMES DU COLONEL…

Jour du départ. A 4h30, nous émergeons de la tente et replions l’ensemble de nos affaires pour patienter dans l’entrée et attendre notre taxi, en espérant qu’il ne nous plante pas. Il nous faut 50 minutes pour atteindre la « Casa Colorada ». La route serpente le long de la montagne où nous croisons six hommes à vélos. Lorsqu’on franchit la barrière de la Casa, on frétille : ENFIN ! L’aventure commence. Arrivées au pied du sentier, nous sommes loin d’être seules puisqu’une quinzaine d’argentins, accompagnés d’ânes, de chiens, de chevaux et de nombreuses provisions, commencent à s’éveiller. On se demande un peu ce qu’on fait là mais on ne s’attarde pas et on se met marche, munies de nos frontales. Il faudra une heure au soleil pour pointer le bout de son nez. On avale quelques céréales assises sur le coin d’un rocher, coincées entre deux cactus. Au loin, le soleil se lève sur la Quebrada de Humahuaca.

Il nous faudra presque deux heures pour atteindre le sommet à 4200 mètres d’altitude. Ce matin-là, j’ai du mal à trouver mon rythme de croisière. Le chemin est étroit et poussiéreux. On le partage avec la caravane argentine. Les ânes et chevaux sont chargés de provisions. On finit par déboucher sur un vaste plateau où s’écoule un cours d’eau. Par endroit, l’eau a gelé. Le sol est roulant et on parcourt les kilomètres d’un bon pas. Très vite, nous sommes rattrapées par un groupe de randonneurs argentins venus de Cordoba. Ils se rendent jusqu’à l’école de Molulo, notre deuxième étape, où ils effectueront pendant quelques jours des travaux de rénovation. Rencontrer des gens à un côté rassurant surtout après les évènements de ces derniers jours. On les suit pendant quelques temps avant de décider de nous arrêter entre midi et deux pour déjeuner. La caravane nous a semé, les randonneurs aussi. La brume s’est installée. On ne distingue plus rien de la vallée.

Contre toute attente, nous parvenons bien vite à Huara Huasi, un petit hameau où nous ne rencontrons pas âmes qui vivent ! On décharge nos sacs et on plante Padattente juste avant la pluie. Coincées dans ce refuge qui depuis quelques mois s’apparente à une maison, on s’occupe comme on peut en inventant des jeux ou en lisant jusqu’à ce que des bottes de couleur kaki viennent se poster devant la pas de notre tente. Il s’agit d’un escadron de militaires, dirigé par un colonel, en provenance de Tilcara pour l’école de Molulo. Molulo est une petite école située en plein cœur de la montagne et bâtie, quelques années auparavant, à l’initiative du colonel. L’école se trouve à deux journées de marche du moindre village. Elle compte moins d’une dizaine d’élèves âgés entre quatre et douze ans, des enfants résidants en temps normal dans des ranchs isolés dans la montagne. Pendant 21 jours consécutifs dans le mois, Molulo accueille ces jeunes étudiants. Le reste du temps, les enfants retournent dans leur famille. Nous randonnons un jour un peu particulier : les visites du colonel à Molulo sont peu nombreuses. Par ailleurs, nous comprenons très vite que la caravane croisée le matin-même à la Casa Colorada était en réalité composée des familles des jeunes enfants et que les provisions transportées à dos d’ânes ont pour but de ravitailler la petite école. C’est une véritable fête qui se prépare !

Trek Tilcara San Francisco Argentine

Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco ArgentineLE MAESTRO GUILLERMO DE MOLULO

Le deuxième jour, nous émergeons tardivement de Padattente. Dehors, l’agitation est à son comble. L’escadron de militaires est prêt à reprendre la route. Mais contre toute-attente, changement de programme ! Le colonel a fait une intoxication alimentaire durant la nuit. Aussi il est contraint de rentrer à Tilcara. Vexé, il ramène ses hommes avec lui et nous charge d’un énorme paquet de bonbons et de chocolats à remettre aux enfants en son nom ! Ce qui vient alourdir considérablement le poids de mon sac… La brume a totalement disparu et nous découvrons les environs de Huara Huasi : ses sommets survolés par les Condors et sa terre rouge orangée sans nul autre pareil ! Le spectacle est tout bonnement exceptionnel. On se met route pour cette deuxième journée de marche. En fin de matinée, la brume réapparait mais elle reste prisonnière des montagnes tandis que nous nous élevons en suivant un sentier en balcon à flanc de montagne.

En milieu d’après-midi, nous atteignons Molulo. Nous pensions déboucher dans un minuscule hameau mais Molulo n’est qu’une école au beau milieu de nul part. Là, nous retrouvons les argentins de Cordoba en pleins travaux. Certains repeignent les murs. D’autres balaient des confettis tombés dans la cour. Nous sommes accueillies par le directeur de Molulo, le Maestro Guillermo. Il est grand, sec et ne se sépare jamais de sa tasse de maté. On lui remet précieusement le sacs de bonbons qu’il s‘empresse de dissimuler tandis qu’il nous offre le gîte et le couvert. Ce soir-là, nous dormirons dans deux lits superposés dans un dortoir. On s’installe dans un coin de la cour pour très vite se retrouver entourées d’enfants plus intéressés par l’application Candy Crush installée sur nos Smartphones que par nos deux personnes. Les fillettes se collent à moi, s’affalant à moitié sur mes genoux tandis que je peine à leur expliquer le principe du jeu. Célia s’est lancée dans une partie de Babyfoot avec les garçons. Ca crie et ça s’exclame à grands gestes.

A dix-sept heures, on nous convie dans la petite salle qui sert à la fois de salle de classe et de cantine pour le thé. Les enfants s’installent à côté de leurs parents. D’autres sont chargés de servir les tasses de thé et des morceaux de pain. On observe les gens mais pour l’instant, personne ne touche à la moindre victuaille comme s’ils attendaient un signal spécial. Alors on fait de même. Et puis d’un même geste, parents et enfants baissent la tête et joignent leurs deux mains pour le bénédicité. On baisse légèrement la tête, ne sachant pas trop quelle posture adopter mais nous n’ignorons rien des regards en coin et des petits sourires que nous lancent les enfants. Une fois le thé terminé, on se rassemble dans la petite cour. On forme une procession assez solennelle pour assister à la baisse du drapeau argentin signifiant la fin de la journée.

Trek Tilcara San Francisco Argentine

Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco ArgentineLES EMPANADAS DE DONA TERESA

Au petit matin, nous faisons nos adieux au Maestro Guillermo et aux enfants de Molulo. Ce matin-là, nous ne sommes pas les seules à nous remettre en selle puisque nous partagerons le sentier avec six argentins voyageant à vélo, les mêmes croisés deux jours plus tôt lors de notre trajet jusqu’à la « Casa Colorada ». Arrivés tard dans la nuit à Molulo, les six jeunes hommes tardent à empaqueter leurs affaires. Pendant les deux premières heures de la journée, nous continuons à évoluer sur des chemins en balcon, exposés au soleil. Comme la veille, la brume reste coincée au niveau des montagnes mais si l’on se fie à notre trace GPS, d’ici quelques heures, nous plongerons en plein dedans. Et cette perspective ne nous enchante guère !

Il est dix-sept heures lorsque nous parvenons à San Lucas. San Lucas a l’étoffe d’un vrai village avec son terrain de foot, son école et sa petite église. Cependant nous ne croiserons pas âme qui vivent. Ce soir-là, nous logerons dans la petite auberge de Dona Teresa et nous ne sommes pas seules. Ici, nous retrouvons les six argentins voyageant à vélo et quatre autres randonneurs venus de San Francisco. Tandis que Célia patiente pour accéder à la petite douche, sous laquelle les hommes se sont rués, j’observe Dona Teresa confectionner des empanadas qu’elle cuira quelques heures plus tard dans un énorme four à bois au fond de son jardin. L’ambiance est conviviale et l’atmosphère détendue. Je savoure ces dernières heures tout en regrettant d’approcher de notre ultime étape.

Trek Tilcara San Francisco Argentine

Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco ArgentineINFORMATIONS PRATIQUES SUR LE TREK DE TILCARA À SAN FRANCISCO

QUELLES SONT LES DIFFÉRENTES ÉTAPES DU TREK ?

Le trek de Tilcara à San Francisco est le principal chemin de randonnée à parcourir dans la région de Jujuy au nord-ouest de l’Argentine. Il s’agit d’un itinéraire de 90 kilomètres réalisable en autonomie en 4 jours et 3 nuits. Ce trek est peu touristique et mériterait d’être bien plus connu tant il est authentique. Les étapes sont les suivantes :

  • Jour 1 – De la Casa Colorada à Tilcara à Huara Huasi, 7 heures de marche, 16kms, +1000 mètres de dénivelé positif et -1000 mètres de dénivelé négatif : Dès votre arrivée à la Casa Colorada, les choses sérieuses commencent puisque vous attaquerez directement les 1000 mètres de dénivelé positif jusqu’au col situé à 4180 mètres d’altitude. Juste avant de passer le col, vous apercevrez au loin la quebrada de Humahuaca et ses quatorze couleurs. Par la suite, le chemin redescend en serpentant le long de la montagne et à travers la brume jusqu’à Huara Huasi. Le sentier est plutôt roulant, les kilomètres s’enchaînent vite et bien. En fin de matinée, la brume se lève et dissimule le paysage.
  • Jour 2 – De Huara Huasi à Molulo, 5 heures de marche, 13kms, +500 mètres de dénivelé positif et -300 mètres de dénivelé négatif : Dès votre départ de Huara Huasi, vous attaquez les 500 mètres de dénivelé positif. En commençant tôt le matin, vous éviterez la brume et pourrez profiter des sublimes paysages qu’offre la vallée. Le chemin est vertigineux. On randonne le long de balcons à flanc de montagne, le vide sous les pieds. C’est une sublime journée ! Ce jour-là, vous apercevrez de nombreux condors.
  • Jour 3 – De Molulo à San Lucas, 7 heures et demi de marche, 21kms, -1050 mètres de dénivelé négatif : Les premiers kilomètres s’effectuent le long de sentiers en balcons dans la montagne avant de plonger dans la brume et de vous enfoncer dans la forêt. Nous avons randonné la majeure partie du temps sous une épaisse purée de pois. San Lucas se trouve à 1960 mètres d’altitude.
  • Jour 4 – De San Lucas à San Francisco, 5 heures et demi de marche, kms, mètres de dénivelé négatif : Dernière étape du trek ! Cette étape se fait en grande partie dans la brume puisque vous randonnez dans les Yungas. Ici, la terre est rouge, la roche rose et de nombreux perroquets sillonnent le ciel. Le trek se termine au niveau de la “Cruz” mais il vous faudra marcher encore un peu, le long de la route, avant d’atteindre le village de San Francisco.

COMMENT S’ORIENTER DURANT LE TREK DE TILCARA À SAN FRANCISCO ?

Le trek de Tilcara à San Francisco n’est pas fléché. Le chemin est entrecoupé de sentiers menant vers des ranchs en plein milieu de la montagne ce qui peut induire en erreur. Pour nous orienter, nous avons téléchargé sur Wikiloc une trace GPS consultable sur l’application GPX Viewer. Il est aussi possible d’utiliser l’application Maps.me en téléchargeant la carte du nord de l’Argentine.

COMMENT REJOINDRE LE POINT DE DÉPART DU TREK ?

Le trek débute au pied de la Casa Colorada, un hôtel situé à 50 minutes de route de Tilcara, dans la montagne. Pour vous y rendre au petit matin et commencer votre trek de bonne heure, il faut négocier un arrangement avec un chauffeur de taxi afin qu’il passe vous prendre à votre hôtel et vous conduise à la Casa Colorada. La Casa Colorada est située dans une propriété privée dont l’entrée est fermée à clé par un portail. Le chauffeur de taxi doit récupérer la clé le matin même. Les taxis qui stationnent au pied de la « parada » située au coin de la place principale de Tilcara ont l’habitude de gérer les demandes des randonneurs. Si l’office de tourisme n’a pas pu nous donner d’informations sur le trek, les taxis sont une vraie mine d’or. La course jusqu’à la Casa Colorada coûte 400 ARS.

COMMENT RENTRER À SALTA OU JUJUY ?

Quelque soit votre destination, il n’y a qu’un moyen de quitter le village de San Francisco. Chaque jour, un bus de la compagnie « 24 de Septiembre » quitte San Francisco à 17 heures pour la ville de Libertador. Le bus stationne dès le début d’après-midi devant les deux comedors et l’office du tourisme de San Francisco. Les portes sont ouvertes et au fil de l’eau, les gens viennent déposer des affaires sur les sièges du bus afin de garder leurs places. Le trajet jusqu’à Libertador coûte 60 ARS et dure quasiment 3 heures. Une fois arrivé au terminal de bus de Libertador, vous trouverez différentes compagnies opérant encore quelques liaisons. Dans notre cas, nous voulions retourner à Salta. La compagnie Flecha Bus opérait des liaisons à 20h25 et 21h10 pour une arrivée à Salta après minuit. Le billet de bus est à 270 ARS par personne. Des taxis partagés (ou remises) stationnent devant le terminal et peuvent vous ramener à Salta ou vers une autre destination. Ils partent une fois remplis (4 ou 5 places disponibles). Dans notre cas, le prix demandé par personne était exactement le même que celui proposé par Flecha Bus.

OÙ DORMIR PENDANT LE TREK ?

HUARA HUASI : Huara Huasi se compose de quelques maisons (genre deux…) mais nous n’avons croisé personne ! Il y a un refuge où il est possible de passer la nuit – à condition de trouver la clé – sinon il est tout à fait possible d’y camper car le hameau se trouve au bord d’un cours d’eau.

MOLULO : Molulo est une école située en plein coeur de la montagne et totalement isolée ! L’école a été bâtie par des militaires qui, pendant des mois, ont acheminé à pieds et à dos d’animaux le matériel nécessaire à sa construction. Elle compte aujourd’hui douze élèves. Le directeur « el Maestro Guillermo » vous offrira le gîte dans un dortoir et le couvert (une tasse de maté et une « sopita » que vous partagerez avec ses élèves). Vous ne trouverez ni village, ni épicerie autour de l’école, il  vous faudra prévoir des réserves de nourriture. Il n’y a pas de cours d’eau autour de Molulo mais vous pourrez utiliser les réserves d’eau de l’école. Attention, l’école accueille des élèves 20 jours consécutifs dans le mois. Il se peut que vous trouviez porte close au moment de votre randonnée.

SAN LUCAS : Nous avons passé la nuit dans l’hospedaje de Doña Teresa, une auberge proposant des lits en dortoirs à la sortie du village, un peu avant le terrain de football. La nuit en dortoir coûte 200 ARS par personne. Doña Teresa est une charmante petite dame qui confectionne des empanadas pour ses hôtes. Nous n’avons pas trouvé d’épicerie où acheter de l’eau et San Lucas n’est pas situé au pied d’un cours d’eau aussi, il nous était impossible de dormir en tente.

OÙ PEUT-ON SE RAVITAILLER DURANT LE TREK ?

Le trek de Tilcara à San Francisco vous demandera une grande autonomie, notamment au niveau de la nourriture, car vous traverserez des villages totalement isolés, constitués d’une poignée de maisons seulement où vous ne trouverez pas d’épiceries. A Molulo, le directeur de l’école vous invitera sans doute à partager les repas des élèves le soir de votre arrivée. Mais c’est un repas très simple qui se compose de soupe de quinoa et de pain. A San Lucas, vous pourrez vous ravitailler plus simplement en posant la question aux habitants.

OÙ TROUVER DE L’EAU ?

Le premier jour, vous trouverez de l’eau tout au long de votre parcours. En revanche, l’eau qui s’écoule le long des ruisseaux à 4180 mètres d’altitude n’est pas très propre… C’est une vraie déchetterie. Huara Huasi, première étape du trek, se trouve au pied d’un torrent où là, vous n’aurez aucun problème avec l’eau. Il faut juste penser à prendre des pastilles afin de la purifier à cause des animaux. Le deuxième et troisième jour, vous ne trouverez pas de cours d’eau durant la journée. Il faudra prendre suffisamment d’eau avant de quitter Huara Huasi et Molulo pour tenir jusqu’au soir. A Molulo, vous pourrez utiliser l’eau disponible dans le réservoir de l’école. Enfin le quatrième jour, vous croiserez quelques « cascades » mais il s’agit là d’un mince filet d’eau parfois pas très claire. Comme l’étape est courte, mieux vaut remplir vos gourdes à San Lucas.

Le trek de Tilcara à San Francisco est sans doute le trek que nous avons préféré en Amérique du Sud ! Les paysages sont exceptionnels mais c’est aussi le trek le plus authentique que nous avons pu parcourir. Nous ne remercierons jamais assez le “maestro” de Modulo pour son hospitalité ou Dona Teresa pour son hospitalité. J’espère que cet article vous donnera les informations nécessaires pour organiser votre trek et vous lancer sur les pistes d’Argentine.

EPINGLER CET ARTICLE

Trek Tilcara San Francisco Argentine
Trek Tilcara San Francisco Argentine

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.