West Highland Way, épisode 1 – Randonnée dans les Lowlands

West Highland Way Blog voyage Ecosse

Au début du mois de Mai, nous sommes parties en Écosse pour parcourir la West Highland Way (WHW), un itinéraire de 153 kilomètres de randonnée reliant la région des Lowlands aux Highlands. Nous avons marché le long de ce célèbre chemin pendant sept jours, avalant une vingtaine de kilomètres au quotidien, du sud au nord de l’Ecosse. Je ne sais plus très bien comment l’envie d’une longue randonnée est née. Petit à petit je pense, en fantasmant sur l’Écosse et ses grandes étendues sauvages, quasi vierges de civilisation. Il m’aura fallu un an avant de me lancer, troquant la perspective de vacances au bord de la mer contre huit heures de marche quotidienne sous la pluie. Aujourd’hui, je vous raconte ce voyage, les nuits en tente, les repas préparés sur un réchaud, les soirées à la lumière de notre lampe frontale, les pauses au sommet de monts embrumés ou au coeur de vallées à l’abri du vent et les rencontres faites tout au long du chemin.

West Highland Way Blog voyage EcosseETAPE 1 – DE MILNGAVIE A DRYMEN

17 KILOMETRES // VENDREDI 28 AVRIL

Dans la navette qui nous conduit, Célia et moi, en direction de Milngavie, je regarde Glasgow défiler. Un enchevêtrement d’immeubles en briques rouges entrecoupés de demeures gothiques. Le trafic est dense, on trépigne d’impatience. Dans le coffre, nos sacs ne bougent pas d’un pouce. Ce voyage est certainement celui qui nous aura demandé le plus d’organisation. Notre équipement et la logistique de notre séjour ont été minutieusement pensés. Chaque affaire a été pesée, emballée soigneusement et compartimentée afin de répartir la charge. Et même si nous avons fini par recourir à un service de transfert des bagages, nous avons joué le jeu au maximum pour n’emporter avec nous que le strict nécessaire. J’ai laissé à Paris les tee-shirts que j’emporte toujours « au cas ou », remisé au placard ma pile à lire pour ne prendre que « L’ombre du vent » de Carlos Ruiz Zafon et épuré ma trousse de toilette.

La navette nous dépose enfin à Milngavie devant « The Iron Chef ». Sur la façade, la petite boutique écossaise fait la promotion de la West Highland Way : matériel de randonnée, gaz, carte officielle, ravitaillement. En plein centre de Milngavie, en face d’un café Costa, se trouve le petit obélisque marqué du sceau de la WHW. Il symbolise le début de notre randonnée. Il est à peine midi quand nous nous élançons sur le chemin pour traverser, ce jour-là, la région des Lowlands sur près de 17 kilomètres. On évolue à travers un paysage de prairies où les brebis et leurs agneaux paissent en toute tranquillité. Une distillerie de Whisky est installée sur les contreforts d’une colline. On croise peu de monde à l’exception de deux françaises. Elles portent leurs énormes sacs sur leur dos et malgré la facilité du terrain, elles semblent évoluer lentement munies de leurs bâtons de marche. On se salue. Un salut chaleureux qui encourage. Après tout, nous nous sommes lancées dans la même galère !

Il est dix-sept heures lorsque nous parvenons au Drymen Camping. Le camping est sommaire : un baraquement de tôle abritant deux douches, des sanitaires et un évier, planté au beau milieu d’un champ où nous pouvons installer Padattente – notre tente. Autour de nous, les pâturages s’étendent à perte de vue. Nous choisissons volontairement un emplacement à l’écart des autres randonneurs pour plus d’intimité. La commune de Drymen se trouve à deux kilomètres de là. Si les randonneurs les plus téméraires ont réussi à se traîner jusqu’au pub, moi, je n’ai qu’une envie : me rouler en boule dans mon duvet et m’endormir comme une souche. Mais comme une souche douloureuse. Mes pieds me brûlent, mes muscles sont endoloris et je me déplace à la manière d’un cow-boy ponctuant chacun de mes pas d’un « aïe ».

West Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage EcosseETAPE 2 – DE DRYMEN A ROWARDENAN

23 KILOMETRES // SAMEDI 29 AVRIL

En émergeant de la tente, vers 7 heures, je m’aperçois qu’une bonne partie des randonneurs a levé le camp. Démonter la tente et refaire les sacs se révèlent plus laborieux que prévu. En milieu de matinée, tandis que nous traversons une grande plaine désolée, si caractéristique de l’Écosse avec sa roche grisâtre tirant vers le noir, ses hautes herbes semblables à de la paille renfermant des marécages et dénuée d’arbre, la pluie s’abat. Conic Hill, une colline surplombant la ville de Balmaha au bord du Loch Lomond, point d’orgue de notre étape, est balayée par le vent. La brume s’invite, dissimulant monts et vallées. On s’offre une pause « café et civilisation » au St. Moccha, un coffe shop à la décoration british : les chaises sont recouvertes de plaids, les coussins brodés et les théières ornées de fleurs couleur pastel. Les grilled cheese me font littéralement saliver mais l’effort me coupe l’appétit.

Nous passons la nuit dans un petit camping à Sallochy, tenu par deux rangers. Le point fort de ce camping ? Son emplacement face au Loch Lomond. Son point faible ? Les douches inexistantes. Nous répétons les gestes entrepris la veille au soir en arrivant à Drymen : planter la tente, s’étirer, revêtir nos vêtements pour la nuit, faire bouillir de l’eau sur le réchaud, préparer l’itinéraire du jour suivant. C’est un rituel qui peu à peu se met en place, simple et rassurant. Il règne à Sallochy une ambiance particulière : la plupart des campeurs sont des écossais venus passer la soirée entre amis autour d’un feu de camp bravant la pluie qui ne cesse de tomber ce jour-là. On retrouve à Sallochy d’autres randonneurs de la West Highland Way croisés la veille à Drymen. Parmi eux, Quatre Jeunes Russes, un groupe d’amis voyageant en autonomie. L’un d’eux dort sous un abris de fortune fabriqué à l’aide d’une cape de pluie. Des visages familiers qui me donnent l’impression d’appartenir à une même promotion : celle des randonneurs de la West Highland Way du mois de Mai 2017.

West Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage Ecosse

ETAPE 3 – DE ROWARDENAN A INVERARNAN

25 KILOMETRES // DIMANCHE 30 AVRIL

Le troisième jour est sans contexte l’étape la plus difficile de la West Highland Way. Au petit matin, nous empaquetons nos affaires sous la pluie, faisons une croix sur notre café et reprenons la route. Tout au long de la journée, nous longeons le Loch Lomond. Je progresse difficilement dans les sous-bois. Les racines, cours d’eau et pierres jonchant le sol ralentissent mon allure. Si la beauté du Loch m’émerveille dans un premier temps, au bout de quelques kilomètres, je ne peux plus l’encadrer ! Même les lieux historiques à la mémoire de Rob Roy, sorte de Robin des Bois local, ne m’émeuvent plus. Après quinze kilomètres, on s’accorde une pause salutaire. Mes pieds recommencent à me brûler mais ce n’est rien en comparaison de l’ampoule qui rend ma peau à vif. Celia se paie une contracture musculaire qu’elle masse au moindre arrêt. Elle marche en claudiquant à la manière du Capitaine Achab dont la jambe a été arrachée par Moby Dick. Si on compte les points, nous sommes à égalité sur l’échelle de la douleur.

Nous parvenons au bothy de Doune, une ancienne maison de paysans transformée en refuge pour les randonneurs. Ici, il n’y a ni eau courante, ni électricité, juste une cheminée et quelques ustensiles de cuisine. Les traces d’un ancien feu de camp perdurent devant la porte. C’est là que nous rencontrons Dave et son fils, un duo d’anglais parcourant la West Highland Way en sept jours. Dave n’en est pas à sa première traversée du célèbre sentier. Il nous donne quelques précieuses indications sur notre prochain lieu d’hébergement : « Beinglas Farm ? Good food, good shower ». Cette phrase, je l’utilise comme un mantra pour me donner du courage durant les cinq derniers kilomètres : « good food, good shower, good food, good shower ». Celia se moque de moi mais, à moitié avachie sur ses bâtons de randonnée, elle n’en mène pas large. Encore un kilomètre… J’ai envie d’hurler. J’ai envie de jeter mes chaussures de randonnée et de ne plus entendre parler de cette satanée West Highland Way. Nous croisons à nouveau Dave. Assis sur une motte de terre, il engloutit une barre de céréales énergisante. Un peu plus loin, c’est son fils qui patiente à l’ombre d’un arbre.

Fils de Dave – « Avez-vous croisé mon père en chemin ? »

Celia – « Il lutte contre l’hypoglycémie à quelques mètres de là ! »

Fils de Dave – « Au moins il n’est pas mort ! »

Si je tombe sous le charme de son humour anglais, je succombe au bonheur de la douche sous laquelle je me réfugie dès mon arrivée à Beinglas Farm. Ce soir-là, nous laissons tomber la cuisine au réchaud. Nous nous dirigeons tant bien que mal vers The Drover Inn, une auberge bâtie au 18ème siècle proposant le gîte et le couvert. La moquette est en tartan, les murs en bois sombre, presque noir, orné d’animaux empaillés, de candélabres et d’armures poussiéreuses.

West Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage EcosseETAPE 4 – D’INVERARNAN A TYNDRUM

20 KILOMETRES // LUNDI 01 MAI

Le long de la West Highland Way, les matins se ressemblent. Lorsque j’émerge, Célia est déjà éveillée. Silencieusement, elle poursuit sa lecture de « L’ombre du vent ». On ouvre la tente pour sortir notre réchaud et faire bouillir de l’eau pour le café. Autour de nous, le silence règne encore mais plus pour longtemps car j’aperçois du mouvement derrière les toiles de tente. Le zip des fermetures éclairs brise le silence, suivi du bruissement des sacs de couchage dont on s’extirpe. Le campement se transforme en champ de bataille. Les arceaux sont retirés, les tentes s’écroulent. On s’allonge sur les matelas de sol pour évacuer l’air. Les sacs sont faits une fois, deux fois, trois fois. On optimise l’espace, on serre les sangles au maximum. Les sacs sont chargés sur les dos, c’est parti.

Inverarnan marque la fin de notre séjour dans la région des Lowlands. Le soir même, nous passerons la nuit à Tyndrum, une commune située aux portes des Highlands. L’itinéraire emprunté longe une voie de chemin de fer. Les paysages sont de plus en plus escarpés, marqués par des marécages et des brebis téméraires qu’on distingue parfois à peine de la roche grise recouverte de mousse brûlée. Ce quatrième jour est à marquer d’une pierre blanche : mon corps commence enfin à s’habituer au rythme qui lui est imposé. Au réveil, les courbatures sont moins nombreuses et il ne me faut plus un quart d’heure pour trainer ma carcasse de la tente aux sanitaires, le dos courbé, les jambes raides et arquées. Cette adaptation se ressent aussi tout au long de notre étape. Nous levons le camp, l’air serein, avant de nous mettre en marche et d’adopter un rythme de croisière. On écoute davantage notre corps. Nos pauses sont un peu plus nombreuses, un peu plus longues aussi. On commence à vraiment profiter de la West Highland Way et des paysages environnants.

C’est ici que s’achève la première partie de ce carnet de voyage sur l’Ecosse, retrouvez ici mes précédents articles sur l’Ecosse. Si vous aimez cet article, n’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest !

West Highland Way Blog voyage EcosseWest Highland Way Blog voyage Ecosse

6 Commentaires

  1. 28 mai 2017 / 16 h 05 min

    Les photos sont superbes et donnent des envies de nature!

    • Laurélen
      3 juin 2017 / 19 h 59 min

      Merci Samsha 🙂 Ce n’est que la première partie du chemin, la deuxième, qui passe par Glencoe et les montagnes, est encore plus époustouflante !

  2. 29 mai 2017 / 9 h 41 min

    vraiment une belle découverte ce west highland

    • Laurélen
      3 juin 2017 / 19 h 58 min

      Bonjour Sophie ! C’était une excellente expérience, un chemin de randonnée accessible aux débutants et des paysages magnifiques ! A bientôt

  3. 28 juin 2017 / 17 h 48 min

    J’adore votre article, je rêve d’aller en Ecosse. Son côté mystérieux, sa lumière particulière, c’est magnifique. Ca me rappelle un peu l’Islande et ses airs de but du monde.
    Définitivement, j’aime beaucoup ton blog, c’est un vrai plaisir de lire tes articles. Je remercie insta qui m’a fait te découvrir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *