Organiser un tour du monde ou un voyage au long cours, notre expérience !

89 Shares
0
0
89

En Août 2017, nous sommes parties pour ce qui devait être le voyage d’une vie : cinq mois de voyage au long cours à travers l’Amérique du Sud et l’Antarctique. On a tout quitté – ou presque – travail, appartement, famille et amis pour vivre avec notre maison sur le dos. Ce voyage, j’en rêvais depuis plusieurs années déjà, esquissant de premiers itinéraires sur le bord d’une feuille volante, dévorant les blogs de voyageurs en tour du monde pour me donner la force de me lancer à mon tour, rognant sur différents frais – comme les sorties ou le shopping – afin d’économiser le moindre centime. Trois ans plus tard, ce voyage reste l’un des plus beaux moments de notre vie à deux et déjà, lentement mais sûrement, nous esquissons de nouveaux projets pour les années à venir. Mais lorsqu’on se lance la première fois, l’organisation d’un tour du monde peut paraître opaque, un vrai parcours du combattant ! Itinéraire, budget, transport ou logement… Je vous livre tous nos conseils et notre expérience pour planifier un tour du monde ou un voyage au long cours.

TOUT PLAQUER POUR FAIRE LE TOUR DU MONDE

Un tour du monde ou un voyage au long cours est un projet personnel qui s’esquisse peu à peu et dans le temps. Certains choisissent d’aménager un van pour vivre en total autonomie, d’autres se tournent vers le slow travel et s’engagent pour un tour du monde sans avion afin de limiter leur impact, quelques uns s’élancent sur les routes en famille, d’autres encore optent pour le vélo. Bref – j’enfonce des portes ouvertes mais… – il existe autant de façon de voyager et de donner un sens à son voyage que de voyageurs !

Pour nous, ce voyage était l’occasion de faire un break et s’offrir le “luxe” de prendre le temps de découvrir une destination. Alors peu à peu, des certitudes ont vu le jour. D’abord, nous avons privilégié des destinations éloignées comme la Patagonie, une destination que nous n’aurions pas vraiment pu explorer en quinze jours de congés payés. Ensuite, nous voulions faire la part belle aux treks, passer peu de temps en ville, privilégier l’immersion en pleine nature, découvrir des lieux à l’écart des traditionnels circuits touristiques et adopter un rythme très slow. Et puis nous ne voulions aucune contrainte de temps. C’est ainsi que notre projet a vu le jour : cinq mois de voyage du Pérou à l’Argentine, en passant par le Chili et la Bolivie. Une fois le projet ébauché, il nous aura fallu tout de même un moment pour passer du rêve à la réalité et se fixer une date de départ. Promis, arrêter une date de départ, c’est sans doute la chose la plus difficile à réaliser ! Une fois que c’est fait, il ne vous reste plus qu’à dérouler l’organisation de votre voyage jusqu’au moment du départ.

ITINÉRAIRE D’UN TOUR DU MONDE OU D’UN VOYAGE AU LONG COURS

Elaborer l’itinéraire de notre voyage au long cours a sans aucun doute été l’un de mes moments préférés alors que nous préparions notre départ. Pour Célia, c’était plutôt le choix et l’achat du matériel de bivouac… Bref, chacune son dada ! Nous avions décidé de partir cinq mois en voyage aussi structurer notre itinéraire nous a pas mal aidé. Structurer un itinéraire ne veut pas dire le suivre à la lettre une fois sur place. Au contraire, on voulait être flexibles, on voulait pouvoir improviser et s’adapter à nos envies du moment. Ça nous a surtout permis d’appréhender la géographie et les différentes régions des pays traversés, de lister les treks qui nous faisaient de l’oeil en amont et les lieux où l’on pouvait vivre des expériences hors du commun. Où peut-on s’immerger en pleine Amazonie ? Dans quelle partie de la Patagonie peut-on s’initier à la marche sur un glacier ? Quel itinéraire peut-on suivre en Bolivie pour sortir des sentiers battus ? Quels sont les treks les plus australs ? Ainsi de suite !

Pour élaborer cet itinéraire de tour du monde, notre arme secrète ? Google Maps ! Sans doute mon outils préféré lors de la planification de chacun de nos voyages. La carte me permet de poser “sur le papier” nos envies d’aventure, d’estimer le temps moyen passé dans chaque pays, comment se rendre d’un lieu à l’autre ou les visas nécessaires pour traverser les frontières. Bonne nouvelle : pour voyager dans ces quatre pays d’Amérique du Sud, aucun visa n’est nécessaire.

Enfin, nous avons établi notre itinéraire en fonction de la saisonnalité. On savait que l’hiver patagon était rude. Aussi on a décidé de visiter le nord du continent d’abord et de progressivement migrer vers le sud. Et c’était le bon choix – du moins pour nous. On a visité le Pérou en Août. Certes, il y avait du monde sur les sites touristiques mais on n’a bénéficié d’un temps “chaud” et sec qui nous a permis de réaliser des treks sans avoir à gérer la pluie. Quant à la Patagonie, il faut savoir qu’en basse saison, les prix sont bien sûr moins élevés mais beaucoup d’opérateurs touristiques sont fermés et certains sentiers de trek ou randonnée sont encore enneigés. Enfin, structurer un itinéraire à l’avance permet également d’établir un budget tour du monde.

Comment organiser un voyage au long cours

LE BUDGET D’UN TOUR DU MONDE

Combien ça coûte un tour du monde ? On est d’accord, c’est LA grande question que tout le monde se pose. En même temps, il n’y a pas de réponse toute faite car tout dépend de votre manière de voyager. Nous sommes plutôt des backpackeuses. On voyage de manière simple et économique avec un budget par jour sans toutefois renier sur notre confort. En surfant (mais QUI utilise encore cette expression ?!) d’un blog à l’autre, on savait qu’il fallait compter en moyenne 15000 euros par personne pour un tour du monde allant de neuf à douze mois. Ça nous donnait déjà une bonne indication. Avoir structuré notre itinéraire nous a aussi permis d’estimer un budget journalier moyen. On savait qu’il fallait compter entre 25 et 30 euros par jour et par personne au Pérou et en Bolivie puis tabler sur une moyenne de 40 à 50€ pour le Chili et l’Argentine. Dans ce dernier pays, l’inflation était très forte d’une année sur l’autre. On voulait pouvoir parer à toutes les éventualités, on s’est donc fixé un budget de 50€ par jour et par personne pour 150 jours de voyage ce qui nous a toujours permis d’être à l’aise.

Les différents pôles de dépenses de notre voyage :

  • HEBERGEMENT : Lors de ce voyage, on a privilégié les hébergements en guesthouses ou en auberges de jeunesse. Cependant nous n’avons jamais dormi en dortoir – ça ne nous faisait pas vraiment kiffer. Et puis on avait clairement envie de préserver notre intimité. On s’était donné un budget à ne pas dépasser. Au Pérou, ce budget était de 10 euros par nuit pour deux personnes. Avec 10 euros par nuit, parfois, tu fais quelques concessions comme l’eau chaude ou l’isolation… Notre budget a un peu augmenté au Chili et en Argentine, mais c’est une hausse en lien avec le coût de la vie.
  • TRANSPORTS : On a voyagé en transport en commun, principalement en bus mais sans jamais renier sur notre confort. Au Pérou (Cruz Del Sur) et en Bolivie (Bolivar), on choisissait systématiquement les compagnies les plus chères. Quand je dis “chères”, tout est relatif bien sûr. En Bolivie, on avait tout de même l’impression que le bus allait tomber en rade à n’importe quel moment… On voyageait principalement de nuit. Les trajets étant longs, ça nous permettait d’économiser une nuit d’hôtel et de ne pas arriver fracassées dans un nouveau lieu à l’aube.
  • LOISIRS : On n’a fait aucune concession sur les loisirs. On voulait randonner sur des glaciers, naviguer sur des lagunes à leur rencontre, partir en expédition dans le Salar d’Uyuni ou dans la jungle amazonienne. De toute façon, notre budget se rééquilibrait de lui-même. Si un jour, une activité était supérieure à notre budget journalier, le lendemain, on partait en trek pendant trois ou quatre jours ce qui n’engendrait presque aucune dépense.
  • NOURRITURE : On a beaucoup cuisiné dans les auberges ou guesthouses et fait nos courses dans les marchés. C’est davantage parce que ça nous manquait de ne pas cuisiner que par contrainte budgétaire. Par contre, on s’est lâché quand on en a eu l’occasion. A Salta, en Argentine, on s’est jeté sur le fromage. A Cuzco, beaucoup de restaurants proposent une cuisine péruvienne moderne. Bref, on ne s’est jamais privé.

7500 euros, c’est le budget qu’on avait chacune pour le voyage. Dans les faits, on a dépensé beaucoup moins. Par exemple, avec tous les treks que nous avons fait, sur nos cinq mois de voyage, nous avons passé un mois complet à dormir sous la tente en pleine nature. C’est ce qui nous a permis d’avoir la chance de partir en Antarctique à la dernière minute.

A ce budget, il faut ajouter deux types de dépenses : celles liées aux préparatifs de départ et celles liées au retour. Avant le départ, il a fallu anticiper l’achat des billets d’avion, du matériel de trek car on était très mal équipées, sans parler des vaccins, de l’assurance et des frais liés au déménagement et stockage de nos meubles en région parisienne. On a aussi prévu un budget pour se réinstaller à Paris et un budget impôt afin de continuer à régler nos mensualisations pendant le voyage. On est parties dans le cadre d’un congés sans soldes mais à notre retour début Janvier, il nous fallait trouver un hébergement pour ce mois, pouvoir payer une caution pour un nouvel appartement, des frais d’agence et, dans l’ensemble, pouvoir vivre un mois à Paris avant de retrouver un salaire.

ORGANISER SON TOUR DU MONDE : LA CHECKLIST & BONS PLANS

Je le disais un peu plus haut, il nous a fallu deux ans environ avant de réellement partir en tour du monde. Deux ans pour rassembler le budget estimé tout en continuant à voyager régulièrement et à vivre normalement. Ce temps de préparation dépend vraiment de chacun et du projet de voyage mené. Six mois avant le départ, on est entrées dans le vif du sujet. On s’est mises en mode “projet”. Voici un peu les différentes étapes qui ont jalonné les préparatifs de notre voyage au long cours :

SIX MOIS AVANT LE DEPART

Pour lancer officiellement le projet, on a commencé par se fixer des deadlines. Sans ces deadlines, on aurait continué longtemps à repousser le moment du départ. Par exemple, on s’était dit qu’on voulait partir le 1er Août. Alors le 1er Avril, soit quatre mois avant, on devait acheter nos billets d’avion. La première chose à faire, c’était de négocier deux congés sans soldes. De mon côté, ma boss a été super compréhensive. Pour Célia, la négociation s’est fait dans la douleur. Là, le contexte est propre à chacun. Certains voudront tout quitter, d’autres préféreront partir avec la sécurité d’un emploi au retour. Si vous souhaitez négocier un congés sans soldes avec votre entreprise, mon conseil est le suivant : parlez-en amont. Une communication transparente vous permettra de conserver de bonnes relations avec votre boss et lui permettra aussi d’organiser ou de restructurer ses équipes en votre absence.

En amont aussi, pensez à vérifier la date de validité de vos papiers d’identité : passeports, permis de conduire international si besoin, carnets de vaccination, etc. Les mises à jours de vaccin peuvent se faire un peu plus tard. Mon conseil, c’est d’anticiper cette partie. J’ai eu tendance à la repousser – bah oui, c’est la partie la moins drôle des préparatifs – et ensuite j’ai galéré pour obtenir des rendez-vous et attendu longtemps devant le centre de vaccination d’Air France à Paris.

QUATRE MOIS AVANT LE DEPART

A ce moment-là, nos congés sans soldes étaient acceptés. Nous sommes directement rentrées dans le vif du sujet avec l’achat de deux allers-retours Paris-Lima et Buenos Aires-Paris. Autant vous dire qu’on ne tenait plus en place ! Dans la foulée, on a souscrit une assurance voyage chez Chapka Assurances (option Cap Aventures) puis ouvert un nouveau compte bancaire chez N26 afin d’éviter les frais de retrait lors de notre voyage. Nous avions décidé de ne pas prendre de forfait téléphonique et d’utiliser uniquement le Wi-Fi pour communiquer avec nos proches.

TROIS A DEUX MOIS AVANT LE DEPART

Durant cette période, on s’est occupées de notre équipement de voyage. On devait investir encore un peu dans du matériel de bivouac puisque les treks et les randonnées en altitude représenteraient une grande partie de notre voyage. Mon conseil pour n’importe quel voyage dans les Andes sud-américaines : s’équiper de couches chaudes et imperméables pour parer aux intempéries, aux rafales de vent, à la mauvaise isolation des hostels à petit budget et aux températures négatives en altitude. Nous sommes parties avec un sac de 50 Litres et un sac de 20 Litres chacune. Une fois bouclé, le sac de Célia pesait près de 14kgs. Le mien faisait 12kgs. En parallèle, on a finalisé notre trousse à pharmacie (avec en prime un check-up complet chez le médecin et le dentiste… Beurk…) puis on s’est occupées de notre déménagement. Une partie de nos affaires – livres, tableaux, etc. – a été rapatriée à Toulouse chez les parents de Célia deux mois avant le départ.

UN MOIS AVANT LE DEPART

Dernière ligne droite. On a envoyé notre préavis de départ, résilié nos derniers abonnements (Box Internet), transféré notre courrier chez les parents de Célia puis on s’est attaquées à la deuxième partie de notre déménagement. Les meubles et autres affaires indispensables à notre (ré)installation parisienne, ont été stockés chez Knoxbox, une solution de stockage urbain à la demande. On a stocké chez Knoxbox notre canapé, notre lit, notre machine à laver et plus encore. Coût de ce stockage : un peu moins de 70 euros par mois. Une solution flexible et sans aucune contrainte. Deux jours avant le départ, on dormais sur nos matelas de sol dans un appartement vide et on profitait de nos dernières soirées en terrasse parisienne.

Voilà les différentes étapes qui ont constitué l’organisation de notre voyage au long cours. Il s’agit là de notre organisation personnelle. Ce n’est qu’un témoignage parmi tant d’autres. Mais comme d’habitude, j’espère que cet article vous aidera à débroussailler le terrain et à vous organiser au mieux avant de partir pour votre tour du monde !

Vous préparez un tour du monde ou un voyage au long cours ? Epinglez cet article pour plus tard !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

You May Also Like