Puerto Maldonado : immersion au cœur de la forêt amazonienne au Pérou

Peu à peu, nous nous éloignons de Puerto Maldonado et de son agitation tranquille pour nous enfoncer dans la jungle amazonienne. Notre embarcation, une pirogue nommée La Tarantula, file le long du fleuve Madre de Dios. Adossée contre le bastingage, l’appareil photo autour du cou, je me laisse bercer par le ronronnement du moteur. A côté de moi, Marco, notre guide, feuillette un épais bouquin à la tranche élimée : « Birds of Peru ». De temps à autre, il me désigne telle ou telle espèce d’oiseaux. Si au début, je feignais un quelconque intérêt pour ces volatiles, je finis par me prendre au jeu, guettant la forêt à l’affut du moindre mouvement. Célia se prélasse, étendue sur le dos, un sourire sur les lèvres. A l’arrière, Charly, le cuisinier de notre expédition, un jeune homme au visage avenant, pionce, affalé avec nonchalance contre les vieux coussins en similicuir de La Tarantula. Enfin, José, notre capitaine, complète l’équipage. Maigre comme un clou, des cicatrices sur le torse, les cheveux hirsutes et vêtu d’un bermuda taillé dans un vieux jeans, José a des airs de pirate.

Naviguer sur le Madre de Dios est une expérience unique. J’essaie de graver chaque instant dans ma mémoire. Les arbres gigantesques et sinueux forment une muraille le long de la berge et semblent nous dire « voyageur, si tu entres dans cette forêt, c’est à tes risques et périls ». Les vaches viennent s’abreuver au bord du fleuve. Elles n’ont que la peau sur les eaux. Les enfants jouent et se baignent sous les regards vigilants des parents. Plus nous nous éloignons de Puerto Maldonado, plus les habitations se font rares. Les singes bondissent de branche en branche, d’arbre en arbre et les Aras tournoient au-dessus de nos têtes. Par moment, le niveau du Madre de Dios diminue. La Tarantula s’embourbe et s’échoue contre un banc de sable. Alors il nous faut sauter à l’eau pour extraire notre embarcation de ce mauvais pas.

Parfois on croise des chercheurs d’or enveloppé dans le bruit assourdissant des moteurs des pelleteuses et des laveuses. Lorsque nous passons devant eux, ils suspendent leurs gestes et nous dévisagent l’air peu amène. Car la fièvre de l’or qui dévore et détruit la forêt est totalement illégale au Pérou. Certains endroits de la forêt sont totalement dévastés. Les lieux ont été abandonnés depuis longtemps par les orpailleurs mais leurs traces persistent. La falaise s’est écroulée, les eaux regorgent du mercure utilisé pour amalgamer les particules d’or, les vieux campement tombent en ruines, les arbres ont été déracinés et même la faune ne semble plus oser s’aventurer dans ces espaces maudits.

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado
Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

En Amazonie, la nuit tombe peu après 17 heures. Nous avons monté notre campement sur une petite plage en hauteur. Nos trois tentes surplombent le Madre de Dios. A l’intérieur, la chaleur est étouffante, l’air irrespirable. Marco a planté quelques bougies de cire sur le bastingage de La Tarantula. Elles éclairent Charly et Célia qui cuisinent. Du faisceau de ma frontale, je balaie la surface de l’eau où miroitent huit petits points dorés : ce sont les yeux des caïmans, une femelle et ses trois petits qui, une fois la nuit tombée, viennent établir domicile sur la plage. L’obscurité est totale, le silence profond, parfois rompu par le cri d’un oiseau ou le craquement des arbres. Un peu plus à l’écart, Marco et José se baignent. Ils ont suspendu leurs vêtements le long de vieux arbres morts et prisonniers des flots. Malgré la présence des caïmans, les deux hommes sont dans leur élément.

Ce sont les cris des oiseaux qui nous éveillent. Le soleil commence à se lever. La chaleur moite de la veille est tombée. On apprécie la fraîcheur que la nuit a apportée. La berge est constellée des traces de pattes et des griffes de la famille de caïmans. Mais au petit matin, ils ont disparu et s’en sont retournés dans les profondeurs du Madre de Dios. Peu après, Marco émerge à son tour, sa machette à la main. Il scrute la forêt et nous enjoint de le suivre. Alors on pénètre dans la jungle pour la première fois, dans un dédale de racines, de fougères et de plantes exotiques. Notre progression n’est pas aisée mais on finit tant bien que mal par déboucher sur le rebord d’une falaise. Sous nos pieds le Madre de Dios s’écoule tranquillement entre les falaises d’argile de la jungle amazonienne. Nonchalamment, Marco se laisse glisser sur le sol. On l’imite. Il faut nous armer de patience rester silencieuses et immobiles. Le spectacle n’a pas encore commencé.

Tout commence par un léger bruissement dans les arbres, juste au-dessus de nos têtes, accompagnés d’un croassement. On distingue entre les branches la silhouette d’un perroquet. Les branches craquent et les croassements s’amplifient pour envahir l’espace. Au-dessus de nos têtes, les perroquets sont de plus en plus nombreux. Lorsqu’ils quittent leur abri, c’est pour venir se poser dans un nouvel arbre au-dessus d’une immense falaise d’argile nommée « collpa ». Lentement, précautionneusement, les volatiles se mettent à descendre de leur perchoir vers la falaise. Leur nombre s’intensifie et bientôt, c’est une nuée d’oiseaux au plumage vert émeraude qui fonce vers la falaise afin de se nourrir.

« Les Aras ! » souffle Marco.

Il nous montre du doigt le vol des majestueux perroquets aux longues ailes rouges. A leur tour, ils s’installent dans un arbre, chassant par leur simple présence la nuée de perroquets verts émeraude pour descendre se nourrir à leur tour sur la collpa. On observe fascinées et silencieuses le ballet qui se joue devant nous. Seul le bruit du moteur d’une pirogue viendra rompre l’enchantement et mettre fin à la scène.

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado
Blog voyage Pérou

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Au matin du troisième jour, nous quittons José et Charly pour gagner les abords du lac Sandoval en compagnie de Marco. Le lac Sandoval est une réserve naturelle protégée. Les eaux du lac regorgent de caïmans blancs et de caïmans noirs pouvant atteindre les trois ou quatre mètres. Elles abritent aussi une famille de loutres géantes, une espèce menacée, chassée pour sa fourrure par les braconniers. Il nous faut marcher quelques kilomètres le long d’un chemin boueux avant de parvenir au pied d’un petit embarcadère pour grimper à bord d’une pirogue. Célia s’empare des rames et manœuvre pour progresser le long d’un petit canal bordé de mangrove débouchant sur le Sandoval. Il s’étend à perte de vue bordé par une végétation dense. Il y règne un profond silence parfois rompu par les cris des singes et des oiseaux imitant Dark Vador. La surface de l’eau est plane mais par endroit, on aperçoit les remous créés par les mouvements d’un caïman. Un peu avant midi, nous accostons sur une petite plage parmi une nuée de papillons pour nous baigner. Célia se jette à l’eau sans broncher. Plus prudente, je décide de rester sur la grève.

« Marco ! Tu es sûr qu’il n’y a pas de risque ? » souffle Célia

« Gratte la terre avec tes pieds, ça empêchera les caïmans d’approcher ! » réplique Marco

Sur les rives du Sandoval, le temps semble s’écouler à une toute autre vitesse. Le mot d’ordre de Marco ? Descansar ! Autrement dit, se reposer. Allongées dans des hamacs suspendus au tronc d’immenses palmiers sur une colline en surplomb, nous laissons passer les heures les plus chaudes de la journée pour ne ressortir qu’en fin d’après-midi. A bord de notre pirogue, toujours maniée d’une main de maître par Célia, on observe le soleil décroître progressivement. Les voyageurs ont déserté les lieux. Il ne reste plus que nous à la recherche des caïmans, leurs petits yeux scintillant à la surface de l’eau sous le faisceau de ma lampe frontale.

Ce soir-là, nous dormons dans une cabane mise à disposition par l’une des familles résidant sur le lac. Cette famille vit ici depuis des années, avant même que le lac Sandoval ne soit déclaré “zone protégée”. Ils ont cinq enfants. Le dernier trottine encore sur le plancher tandis que l’aîné soigne deux oisillons au plumage vert émeraude, nichés dans un coton duveteux, tout juste tombés du nid. A la lueur vacillante d’une bougie, on s’attèle à notre rituel quotidien : la rédaction du carnet de voyage relatant nos cinq mois en Amérique du Sud.

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado
Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Blog voyage Amazonie Pérou Puerto Maldonado

Notre séjour en Amazonie touche à sa fin. Nous avons regagné un lodge situé sur les rives du Madre de Dios, à quinze minutes en bateau de Puerto Maldonado. Ce sera notre point de chute pour nos derniers jours explorer les environs. Nous dormons dans une petite chambre à l’écart de toute agitation. Les murs sont en bois sombre, les lits recouverts de moustiquaire tandis que de petites grenouilles s’invitent régulièrement dans notre salle de bain. Chaque jour de nouveaux voyageurs débarquent au lodge. Cependant nous ne sommes jamais plus d’une douzaine ce qui contribue à rendre ce séjour unique, et à nous conforter dans notre impression d’avoir passé six jours coupées du monde.

Tout au long de ces derniers jours, nous continuons à explorer les environs, accompagnées par Marco. Patiemment, il partage avec nous sa connaissance de la jungle : il nous apprend à reconnaître quelques plantes médicinales, à dénicher des fruits de la passion ou à débusquer serpents et tarentules. Nous discutons aussi de sujets plus personnels et, à sa demande, nous lui apprenons quelques phrases de français car les guides maîtrisant la langue de Molière sont bien mieux rémunérés au Pérou. La fin de notre séjour sera aussi plus sportive avec une expédition en kayak le long du tumultueux Madre de Dios, une première pour moi, et une promenade dans les arbres centenaires à plus de trente mètres de hauteur.

Il est temps de faire nos adieux à Marco. Nous remontons le fleuve à bord d’une pirogue une dernière fois pour retrouver Puerto Maldonado. On s’éloigne à regret de notre ultime cocon en pleine jungle. Mais l’aventure ne s’arrête pas là puisqu’à peine débarquées de la pirogue nous hélons un tuk-tuk pour la gare routière : direction Puno et le lac Titicaca pour la fin de notre séjour péruvien.

Blog voyage Pérou

Blog voyage Pérou
Blog voyage Pérou

Blog voyage Pérou

INFORMATIONS PRATIQUES POUR PLANIFIER SON VOYAGE A PUERTO MALDONADO

COMMENT SE RENDRE A PUERTO MALDONADO ?

Puerto Maldonado se trouve sur les rives du fleuve Madre de Dios à presque 500 kilomètres de Cusco. Il est facile de se rendre depuis Cusco jusqu’à Puero Maldonado en empruntant un bus de nuit. Le trajet en bus dure à peu près huit heures mais c’est la meilleure option pour rejoindre Puerto Maldonado ! La compagnie de bus Cruz del Sur est l’une des principales compagnies de bus péruviennes. Les bus sont modernes, confortables, proposent le Wi-Fi et des écrans de télévision. C’est la compagnie que je recommande pour voyager de nuit même si ses tarifs sont légèrement plus élevés. N’hésitez pas à réserver à l’avance vos trajets en haute saison. La gare routière de Puerto Maldonado est assez excentrée. Il vous faudra négocier un tuk-tuk pour gagner le centre-ville.

OU SEJOURNER A PUERTO MALDONADO ?

Une fois arrivée à Puerto Maldonado, avant de partir en expédition dans la jungle amazonienne, nous avons séjourné une nuit à l’hôtel Wasai Eco Lodge, un lodge sur les rives du fleuve Madre de Dios, à deux minutes à pieds de la Plaza de Armas, la place principale. Pour un backpacker, une nuit au Wasai Eco Lodge peut être un budget un peu élevé. Le bon plan ? Le Wasai dispose aussi de chambres en dortoir pour six personnes. Si vous séjournez en dortoir, vous pourrez profiter de toutes les infrastructures du Wasai dont sa piscine ! Et croyez-moi, une piscine à Puerto Maldonado, c’est vraiment confort ! A partir de 69 euros par nuit en chambre double et de 10 euros par nuit en dortoir.

TROUVER UNE AGENCE DE VOYAGE ET PARTIR DANS LA JUNGLE

Vous trouverez des agences de voyages proposant des expéditions dans la jungle à Cusco ou directement à Puerto Maldonado autour de la Plaza de Armas. Nous avons réservé et négocié notre séjour de six jours et cinq nuits dans la jungle auprès de l’agence Tambopata Jungle Tours Peru. Le prix du séjour est de 300 USD par personne mais le tarif est négociable ! En hors saison, nous avons payé le prix d’un séjour de trois jours et deux nuits. N’hésitez pas à tenter votre chance et à demander, comme le fait super bien Célia, “un discount por favor ?” Si vous réservez votre expédition dans la jungle via cette agence, n’hésitez pas à demander Marco pour guide. C’est le meilleur ! Il est originaire de Puerto Maldonado et mène des expéditions dans la jungle depuis plus de dix ans. C’est aussi un passionné d’ornithologie.

Au Pérou, les agences de voyages utilisent énormément What’s App et sont très réactives. Ca facilite les échanges et les réservations. De plus, vous trouverez du Wi-Fi dans toutes les zones touristiques et dans toutes les grandes villes sans aucun problème. Ne réservez pas votre séjour avant de partir, vous risqueriez de payer plus cher.

LE PROGRAMME DE NOTRE EXPEDITION DANS LA JUNGLE

Nous avons choisi un séjour de 6 jours et 5 nuits dans la jungle car nous avions le temps et souhaitions une immersion totale en Amazonie. Cependant la plupart des voyageurs optent pour un séjour plus classique de 3 jours et 2 nuits.

  • JOUR 1 : Navigation sur le rio Madre de Dios, observation nocturne des caïmans, nuit en camping dans la jungle.
  • JOUR 2 : A 6 heures du matin, observation des perroquets venant se nourrir sur une falaise d’argile, randonnée dans la jungle, navigation sur le Rio Madre de Dios et nuit à l’Amazon Lodge Tambopata en pleine jungle.
  • JOUR 3 : Découverte du lac Sandoval, de la faune et de la flore. Baignade dans le lac – avec les caïmans…- promenade dans la jungle, observation des caïmans à la nuit tombée, nuit chez l’une des familles péruviennes résidant au bord du lac.
  • JOUR 4 : A 5 heures du matin, navigation matinale sur le lac Sandoval à la découverte de la faune locale – singes, perroquets, caïmans, tortues ou encore loutres géantes. Nuit à l’Amazon Lodge Tambopata.
  • JOUR 5 : Kayak sur le rio Madre de Dios et promenade sur des passerelles suspendues à plus de trente mètres de hauteur dans la jungle amazonienne. Nuit à l’Amazon Lodge Tambopata.
  • JOUR 6 : Fin de notre séjour, retour à Puerto Maldonado en début de matinée.

Si vous avez peu de temps à votre disposition, vous pouvez opter pour le séjour classique qui vous permettra de découvrir le lac Sandoval, d’observer les perroquets se nourrir au petit matin le long d’une falaise d’argile, une expédition nocturne à la recherche des caïmans et d’autres activités comme le kayak, la promenade sur des passerelles suspendues, la pêche aux piranhas ou la rencontre d’une famille native dans la jungle amazonienne.

SEJOURNER DANS UNE FAMILLE AU BORD DU LAC SANDOVAL

Notre meilleure expérience reste d’avoir pu dormir une nuit dans une famille au bord du lac Sandoval. Le lac est assez touristique – enfin touristique est un terme un peu galvaudé car peu de voyageurs font le déplacement jusqu’à Puerto Maldonado – mais le Sandoval est le principal lieu d’intérêt de la région. Cependant une visite du Sandoval à la journée débute vers 9h30 et s’achève vers 17h00. C’est déjà un peu tard pour observer les animaux. De plus les températures grimpent en flèche ! Lors de la réservation de votre séjour, je vous conseille de négocier une nuit au bord du lac. Cela vous permettra de partir, une fois la nuit tombée, observer les nombreux caïmans muni d’une frontale mais aussi de naviguer à 6 heures du matin sur le lac avant l’arrivée des autres voyageurs. A ce moment-là, nous avons pu apercevoir de nombreuses espèces de singes mais aussi les neuf loutres géantes qui vivent au bord du lac.

Il faut savoir que le lac Sandoval est une zone protégée. Les familles installées au bord du lac sont des familles qui vivaient là avant la mise en œuvre du projet de protection du lac. Elles vivent principalement du tourisme. Elles proposent des hébergements dans des lodges et accueillent les voyageurs le midi pour se restaurer. Dormir chez l’une de ces familles est le seul moyen de séjourner au bord du lac Sandoval.

QUE FAUT-IL EMPORTER DANS SA VALISE ?

Puerto Maldonado est un monde à part au Pérou ! Exit la haute montagne, les sommets enneigés, les plateaux hauts en altitude et les températures frisquettes. Ici, il fait chaud dès six heures du matin, les cheveux se mettent à frisotter librement, on sue… Bref, bienvenue dans la jungle ! Pour une expédition, il vous faudra glisser dans votre sac les affaires suivantes : un bon spray anti-moustiques ou des vêtements longs mais légers car ces sales bêtes sont voraces, un lampe frontale parce que l’électricité n’est disponible qu’entre 19 et 21 heures, une petite paire de jumelles pour observer les animaux ainsi que de bonnes chaussures pour marcher dans la jungle.

FAUT-IL PRENDRE UN TRAITEMENT ANTI-PALUDIQUE ?

Le paludisme est une maladie transmise par piqures de moustique. Il est recommandé de prendre un traitement anti-paludisme pour tout séjour en Amazonie et notamment dans la région du Madre Dios. La Malarone est un traitement préventif qui permet de traiter le paludisme. Cependant le traitement est assez cher. Avant notre départ, nous nous sommes rendues à Paris au Centre de Vaccination Air France afin d’être conseillées sur le traitement et nous faire prescrire un médicament générique.

Puerto Maldonado fut un moment hors du temps lors de notre voyage de cinq mois en Amérique du Sud. Ce séjour nous aura permis de camper dans la jungle et de partir à la découverte de la faune locale : caïmans, loutres géantes, singes, tarentules … J’espère que cet article vous aidera à organiser et réserver votre expédition dans la jungle amazonienne autour de Puerto Maldonado. Retrouvez sur le blog tous mes articles pour organiser un voyage au Pérou

EPINGLER CET ARTICLE SUR PINTEREST

Blog Voyage Pérou Puerto Maldonado
Blog Voyage Pérou Puerto Maldonado

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

S'abonner à la newsletter

Un dose d'inspiration une fois par mois

6 commentaires

    1. Bonjour Laurine, merci pour ton commentaire 🙂 On a voyagé au Pérou durant tout le mois d’août. Les nuits sont fraîches mais les journées étaient ensoleillées et chaudes. On a eu 1 journée de pluie à Cusco et c’était un truc exceptionnel. Ça étonnait même les péruviens. On a débarqué en Amazonie vers le 25/08. Et là, c’est un climat subtropical totalement différent. A bientôt

    1. Comme les mecs étaient vraiment décontract’, ça ne nous a pas du tout inquiété. Mais au petit matin, il y a avait plein de traces de griffures et de pattes enfoncées dans le sable 🙂 C’est une de mes meilleures expériences en Amérique du Sud !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*