Uyuni et le Sud Lipez – 4 jours d’expédition aux confins de la Bolivie

Blog voyage Bolivie

Uyuni et le Sud Lipez ont été le point d’orgue de notre voyage de trois semaines en Bolivie. C’est une étape incontournable pour les voyageurs et clairement, cette région, située à la frontière chilienne, n’a pas volé sa réputation ! Pour cette expédition de quatre jours à travers la cordillère des Andes, nous avons choisi de partir de Tupiza en commençant par découvrir le Sud Lipez puis en allant de lagune en lagune, de la Laguna Verde au pied du volcan Licancabur à la Laguna Colorada, en passant par El Sol de Mañana avant d’atteindre le célèbre Salar d’Uyuni. Pourtant notre expédition en 4×4 fut un voyage en demi-teinte… Si ce voyage correspondait totalement à l’idée d’aventure que je m’en faisais et que les paysages grandioses étaient au rendez-vous, j’ai été frustrée par les tours organisés par les agences, par le manque de flexibilité des séjours proposés et par les longues distances à parcourir en 4×4. Quelle agence choisir ? Quand faut-il visiter Uyuni ? Puis-je voyager différemment ? A travers cet article, je vous emmène à la découverte de cette région incroyable et je vous livre mes conseils pour organiser votre voyage en Bolivie.

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez
Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez
Blog voyage Uyuni Sud Lipez
Blog voyage Uyuni Sud Lipez

blog voyage bolivie

QUATRE JOURS D’EXPEDITION DANS LE SUD LIPEZ

Huit heures du matin. Nos sacs sont une nouvelle fois bouclés, enveloppés dans leurs couvre-sacs oranges qui commencent à sérieusement nous brûler la rétine après deux mois de voyage au long cours. Le rendez-vous est donné devant l’agence Tupiza Tours pour le départ de notre expédition de quatre jours à travers le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni. Notre groupe se compose d’un couple d’australiens quinquagénaires et d’Ellen, une jeune infirmière néo-zélandaise rencontrée la veille lors d’une balade à cheval dans les canyons entourant Tupiza. Ellen nous a mis en tête de partir en Antarctique une fois arrivées à Ushuaïa. On est alors un peu sceptiques – notamment devant les prix annoncés sur notre guide Lonely Planet – mais l’idée est séduisante. Milton, notre chauffeur et guide, finit d’entasser l’ensemble des sacs et provisions sur le toit du 4×4. On quitte alors Tupiza pour vivre nos derniers jours de voyage en Bolivie avant de traverser la frontière chilienne.

Les paysages traversés sont extraordinaires. Beaucoup de reliefs, des gorges lunaires, des couleurs incroyables et des lagunes à la pelle ! Je passe mon temps à réclamer des arrêts sur le bas côté de la route – quitte à agacer mes compagnons de voyage – ou à ouvrir ma fenêtre malgré le vent glacial pour immortaliser le paysage. Je ne veux surtout pas en perdre une miette car le Sud-Lipez dépasse toutes mes attentes. En milieu d’après-midi, on s’arrête à l’entrée d’un village en ruine nommé San Antonio de Lipez et qualifié de « mini Machu Picchu ». On est clairement dubitatives… Les gens qui l’ont qualifié ainsi se sont un peu enflammés ! San Antonio de Lipez est un ancien village minier dont la plupart des habitants ont été décimés par la Peste. Interprétant cela comme un signe de colère venu des dieux, les habitants ont pris la décision de quitter San Antonio pour rebâtir un nouveau village deux kilomètres plus loin. Aujourd’hui, il ne reste que quelques ruines que nous explorons après plus de six heures de transport.

Un peu plus tard, nous pénétrons dans le parc Eduardo Avaroa. Et, tandis que le soleil décline, Milton s’arrête devant une auberge à la façade en pierres et au toit recouvert de tôle dans un petit village au beau milieu de nulle part. L’auberge est plutôt petite mais on y rencontre un autre groupe de voyageurs européens. On nous attribue une petite chambre contenant six lits à partager avec mes compagnons de route. Dans la salle commune, on s’installe autour d’une table, une infusion de feuilles de maté de coca entre les mains. L’ambiance est détendue, légère. Nous nous apprêtons à passer notre première nuit dans le Sud-Lipez.

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez
Blog voyage Uyuni Sud Lipez

DE LAGUNES EN GEYSERS

Deuxième jour dans le désert bolivien. La matinée est jalonnée de nombreux stops pour observer les colonies de flamants roses et les nombreuses lagunes qui forment le paysage du sud bolivien. Au pied de l’une d’elle, nous ramassons sur épaisse poudre blanche qui fait office de shampoing naturel. Nos hébergements ne proposent pas de douches. Nous décidons de conserver un peu de cette poudre dans un petit flacon pour l’utiliser un peu plus tard lorsque nous nous baignerons dans les eaux thermales de Polques à plus de 4000 mètres d’altitude.

Notre 4×4 traverse le Désert de Dali, une large étendue sablonneuse et poussiéreuse, bordée par la Cordillère des Andes, et jonchée de rochers aux formes étonnantes. Nous croisons alors nos premiers voyageurs à vélo, leurs lourdes sacoches accrochées de part et autre. Ils ont le vent de face et le visage protégé pour affronter l’épais nuage de poussière soulevée au passage de notre véhicule. Milton s’arrête à proximité de la Laguna Verde. Elle s’étend au pied du volcan Licancabur qui forme une frontière naturelle entre la Bolivie et le Chili. La couleur de la lagune est si intense qu’elle en parait presque surnaturelle ! Nous sommes alors à 4300 mètres d’altitude. Le froid me glace tandis que le vent siffle dans mes oreilles à m’en faire mal.

Nous rebroussons chemin pour nous baigner dans les eaux thermales de Polques, des eaux chaudes volcaniques. Je me débarrasse de mes vêtements en quelques secondes pour me retrouver en maillot de bain et m’enfoncer – plus vite que mon ombre – dans les eaux bleus des thermes #passionlesfessesdansleauchaude. Face aux montagnes, on se croirait presque seul au monde mais c’est sans compter les nombreuses Jeeps stationnées à proximité des bains puisque Polques est un arrêt incontournable pour toute expédition dans le Salar d’Uyuni.

Durant l’après-midi, nous grimpons à 5000 mètres d’altitude pour découvrir El Sol de Mañanaun site géothermique tout en couleur. Si Célia et moi avons largement eu le temps de nous acclimater à l’altitude au Pérou, ce n’est pas le cas de nos compagnons de voyage qui ne se sentent pas au top of the pop… Et nos quinquagénaires australiens ne cessent de marmonner à longueur de temps « Dusty, dusty road… » Les geysers d’El Sol de Mañana dégagent d’épaisses fumerolles, les « mud pools » bouillonnent et une forte odeur de souffre se dégage du site. Il fait tellement froid que les voyageurs se réfugient vite dans les Jeep si bien qu’au bout de dix minutes de visite, Célia et moi nous retrouvons seules sur ce site naturelle avant de prendre la direction de la Laguna Colorada, une lagune réputée pour ses nombreuses colonies de flamants roses et ses reflets rouges. Nous passerons notre deuxième nuit à quelques kilomètres de la lagune.

Blog voyage Bolivie

Blog voyage Bolivie

Blog voyage Bolivie

Blog voyage Bolivie

LES RENCONTRES DU SUD LIPEZ

Le long du Sud Lipez, nous croisons de nombreux voyageurs à vélo traversant les routes poussiéreuses du désert bolivien. Mais notre arrêt au bord des eaux thermales de Polques est l’occasion d’échanger avec eux sur leurs périples. L’un d’eux, un jeune japonais, étudiant en ingénierie mécanique, voyage sur un vieux vélo de route qu’il passe son temps à réparer. Et croyez-moi son vélo semble tout droit sorti d’une autre époque. Son voyage a commencé à Lima au Pérou. Son but : rejoindre San Pedro de Atacama. Avant de traverser le désert, il a acheté pour se nourrir quarante petits pains ce qui lui permet de voyager le plus longtemps possible en autonomie. Un couple de jeunes trentenaires français partis depuis sept mois de Colombie. Leur voyage à vélo devrait s’achever d’ici cinq mois en Patagonie. Leurs vélos sont estampillés Btwin et leurs selles Brooks. Quand ils sont partis pour le désert, leurs vélos, remplis de nourriture et d’eau, pesait 45 kgs. Et puis il y a ce couple de retraités canadiens sur les routes depuis plus de cinq ans. Nous avons partagé notre déjeuner avec eux. La femme a soigneusement emballé les restes pour leur dîner du soir. La veille, ils ont passé la nuit à 5000 mètres d’altitude près des geysers El Sol de Mañana.

Pour comprendre la difficulté de leurs entreprises, il faut imaginer le désert : la route n’a rien d’asphalté. Si le long du salar la route de sel est dure comme de la pierre et que les kilomètres s’enchaînent, le reste du temps, c’est du sable et des graviers. Le vent, fort, glacial, quasi-permanent, soulève une poussière continue, les obligeant à masquer leurs visages. Et quand ils roulent, le vent de face, il n’y a que leur mental pour les pousser à continuer.

Mais le pire, ce sont les nuits quand la température chute sous les zéro degrés et que le vent s’engouffre sous la tente… Tous ces voyageurs m’ont énormément inspiré. J’avais envie de raconter une brève partie de leur histoire. Ils m’ont aussi conforté dans mon idée de toujours chercher à mener à bien mes projets.

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez

A LA DECOUVERTE DU SALAR D’UYUNI

Lorsqu’on quitte notre dortoir en ce troisième jour de voyage, le gîte sent encore la fumée. La veille, un groupe de voyageurs a tenté de faire fonctionner, bon gré mal gré, le vieux poêle situé dans la salle commune. On s’est un peu réchauffé mais on s’est surtout très vite retrouvé enfumé. Du coup, la grande majorité d’entre nous a fini par se réfugier dans les dortoirs. Ce matin-là, avant de reprendre la route, nous retournons profiter une nouvelle fois de la Laguna Colorada. Au petit matin, la lagune arbore une légère couleur rosée tandis que des volutes de fumée s’en échappent. Ce jour-là, nous irons de lagune en lagune pour remonter l’intégralité du Sud-Lipez jusqu’à la porte du Salar d’Uyuni. Il nous faudra à peu près sept heures de route pour atteindre notre point de chute : un hôtel de sel.

Le lendemain, réveil à cinq heures du matin. On quitte notre hôtel de sel pour rouler à travers le Salar d’Uyuni en direction de l’île Incahuasi tandis que le soleil se lève progressivement. On débarque au beau milieu du désert de sel sur une île rocailleuse et jonchée de cactus géants dans un décor tour-à-tour splendide et irréel. Lorsque le soleil devient trop fort, on rejoint le reste de notre groupe près de notre 4×4 pour prendre le petit-déjeuner avant de nous éclipser pour parcourir l’île Incahuasi et profiter d’une vue plus aérienne sur le Salar d’Uyuni. De grandes alvéoles se sont formées un peu partout, formant de légères croûtes de part et d’autres du Salar. Bien sûr, nous n’échappons pas aux « traditionnelles photos » qui jouent sur l’effet de perspective du Salar d’Uyuni. On tournera une merveilleuse vidéo qui nous verra sortir d’une boîte de Pringles en dansant. Je crois que j’ai une grande carrière d’actrice devant moi, je peux laisser tomber le blogging !

Aux alentours de 15 heures, nous regagnons Uyuni, après un bref détour par le cimetière des trains, où nous faisons nos adieux aux membres de notre petit groupe de voyageurs avant de reprendre la route pour Villa Mar, un village situé à plusieurs kilomètres de la frontière chilienne. Le lendemain matin, nous passerons la frontière pour rejoindre San Pedro de Atacama. C’est le début d’une nouvelle aventure dans notre voyage en Amérique du Sud : la découverte du Chili du nord au sud.

Blog voyage Sud Lipez

Blog voyage Uyuni Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Sud Lipez
Blog voyage Uyuni Sud Lipez

INFORMATIONS PRATIQUES POUR VOYAGER DANS LE SALAR D’UYUNI

TUPIZA OU UYUNI : QUEL POINT DE DÉPART CHOISIR ?

Tupiza s’est rapidement imposée à nous comme point de départ de notre expédition dans le Salar d’Uyuni. Nous étions alors en voyage au long cours, on disposait de pas mal de temps devant nous. Aussi on a tout de suite opté pour une expédition de 4 jours afin de profiter le plus longtemps possible des paysages boliviens. Mais d’autres aspects ont pesé dans la balance. Je tenais absolument à découvrir les paysages du Sud-Lipez, ce qui n’était pas vraiment possible en partant d’Uyuni car les expéditions sont plus courtes. Et puis il y a une légende qui circule parmi les backpackers. Cette légende dit que les expéditions au départ de Tupiza sont moins nombreuses qu’au départ d’Uyuni. Ce dernier point est avéré pour les deux premiers jours de voyage mais on retrouve très vite les voyageurs venant d’Uyuni lorsqu’on parvient au pied de la Laguna Colorada ou sur l’île aux Cactus.

TROUVER UNE AGENCE POUR PARTIR DANS LE SALAR D’UYUNI

Arrivées à Tupiza, nous avons fait le tour des agences de voyages de la ville avant de réserver notre excursion. Dans l’ensemble, les agences proposent des circuits et des prestations similaires pour des expéditions en 4×4 de 3 jours ou 4 jours dans le Sud-Lipez et le Salar d’Uyuni. Il est également possible de découvrir le sud bolivien en 5 jours, ce qui comprend l’ascension du Volcan Uturuncu à plus de 6000 mètres d’altitude. Mais cela dépend beaucoup de la période et du nombre de voyageurs intéressés.

Le coût d’une expédition de 4 jours dans le Salar d’Uyuni est d’environ 150 euros par personne sur la base d’une expédition partagée comprenant 4 voyageurs. Cela inclut le transport en Jeep 4×4, la présence d’un guide-chauffeur et d’une cuisinière, les repas ainsi que les hébergements dont une nuit dans un hôtel de sel avant la découverte du Salar. Il faut rajouter à cela les prix d’entrée pour pour le Parc Eduardo Avaroa, l’île aux cactus ainsi que l’accès aux eaux thermales.

MON AVIS SUR L’AGENCE TUPIZA TOURS

Nous avons opté pour l’agence Tupiza Tours et mon ressenti est assez mitigé. L’expédition en soi est incroyable. Le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni figurent aujourd’hui encore parmi les plus beaux paysages que j’ai pu découvrir sans parler de la faune omniprésente. En revanche, l’agence est très moyenne.

Sans nous prévenir, on s’est retrouvé avec un guide anglophone pour les quatre jours de voyage alors qu’on avait spécifié vouloir voyager avec un guide hispanophone. L’agence nous avait aussi fait miroiter une réduction sur le prix total du voyage si nous étions plus de quatre voyageurs – on l’attend encore. Leur excuse pour ne pas appliquer la réduction ? Notre chauffeur était anglophone donc cela entraine un coût supplémentaire… Euh… Enfin, la réussite de ce type d’expédition repose énormément sur le guide en charge du voyage. Milton n’était pas très investi et les informations quant à la région étaient très sommaires. On le sentait crevé car il enchaînait les expéditions pour l’agence.

QUELQUES CONSEILS AFIN DE TROUVER SON AGENCE DE VOYAGE

Si mon expérience avec Tupiza Tours est mitigée, je n’en fais pas une généralité car les avis de voyageurs affichés sur TripAdvisor restent bons. En revanche, je vous conseille plutôt de prendre le temps de comparer les prestations proposées par deux ou trois agences de voyages, d’échanger avec les gens et de bien comprendre ce qui est inclus ou ce qui ne l’est pas afin d’éviter les mauvaises surprises. Si vous partez de Tupiza, les canyons aux alentours de la ville sont magnifiques et se découvrent très bien à cheval. Cela peut valoir le coup de négocier deux excursions avec l’agence choisie.

QUE FAUT-IL PREVOIR POUR VOYAGER DANS LE SALAR ?

En préparant votre expédition dans le Salar d’Uyuni, il vous faudra anticiper les trois aspects suivants :

  • Survivre au froid : L’intégralité du voyage se fait en altitude. Le geyser « El sol de manana » se trouve à plus de 5000 mètres d’altitude. Autant vous dire qu’une petite laine ne suffit pas. Les lodges sont quant à eux très mal isolés, les vieux poêles enfument les pièces plus qu’ils ne les réchauffent et il vous faudra amener un duvet ou en louer un auprès de votre agence de voyage pour affronter les nuits glaciales.
  • Anticiper le mal d’altitude : Après près de deux mois de voyage au Pérou et en Bolivie, nous étions complètement acclimatées. Ce n’était pas le cas de nos co-voyageurs qui ont enchaîné les maux de tête durant cette expédition.
  • Prendre en compte les temps de transport : Cette expédition dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni est très « passive ». On passe énormément de temps à bord de la Jeep. Pour vous donner une idée, nous avons fait huit heures de route le premier jour de Tupiza au parc Eduardo Avaroa.

Il ne nous aura pas fallu bien longtemps pour comprendre la raison pour laquelle le salar d’Uyuni est LE lieu incontournable à découvrir lors d’un voyage en Bolivie. Malgré la beauté des paysages traversés lors de nos quatre jours d’expédition, difficile de ne pas être frustrées par le manque de flexibilité des tours organisés par des agences sans parler des longues journées de transport. Vous trouverez sur le blog l’ensemble de mes articles pour organiser un voyage en Bolivie.

VOUS PRÉVOYEZ UN SÉJOUR DANS LE SALAR D’UYUNI ? EPINGLEZ CET ARTICLE POUR PLUS TARD

Blog Voyage Bolivie Marguerite & Troubadour

Blog Voyage Bolivie Marguerite & Troubadour
Blog Voyage Bolivie Marguerite & Troubadour
Tags from the story
, ,

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.